Roadtrip 2018 – Le très secret parc national de North Cascades

Situé à l’extrême nord de l’état, à seulement quelques dizaines de kilomètres de la frontière canadienne, North Cascades est l’un des trois parcs nationaux de l’état de Washington. Créé en 1968 pour protéger ses écosystèmes, le parc est connu pour ses paysages de montagnes et ses nombreux lacs. Il compte effectivement près de 500 lacs ! On peut citer Diablo Lake, probablement le plus connu, pour sa couleur bleue turquoise très photogénique. Mais aussi le lac Chelan, au sud-est du parc, qui est aussi le troisième lac le plus profond des Etats-Unis (450 mètres de profondeur), après Crater Lake et le lac Tahoe.

Identité

North Cascades est composé de sommets dont l’altitude est comprise entre 2000 et 2500 mètres. L’altitude des vallées étant faible, les pics peuvent donner l’impression d’être bien plus hauts. Le lac Chelan ne se situe par exemple qu’à 300 mètres d’altitude.

Le parc s’étend sur plusieurs écosystèmes : une forêt pluviale tempérée à l’ouest, une forêt plus sèche à l’est et des paysages alpins et subalpins grâce aux montagnes.

Il abrite également plusieurs barrages, dont le principal, au niveau de Diablo Lake, alimente en énergie l’agglomération de Seattle.

Il s’agit de l’un des parcs nationaux les moins visités du pays, avec en moyenne 25 000 visiteurs par an, contre trois millions pour Olympic National Park, à quelques heures plus à l’ouest.

Localisation

Le parc est situé à équidistance entre Seattle et Vancouver, à environ 150 kilomètres. Le parc national du Mont Rainier est quant à lui à environ 200 kilomètres, ce qui peut représenter de longues heures en route le temps de traverser la région de Seattle.

Un parc difficile d’accès

Contrairement à la plupart des autres parcs nationaux, il est assez difficile d’appréhender le parc de North Cascades en quelques coups d’oeil.

Seule l’entrée ouest, au niveau de Newhalem, dispose d’un visitor center. Il est donc vivement conseillé de commencer la visite par ce côté, à moins d’avoir fait quelques recherches au préalable sur les points de vue et les randonnées. On est justement arrivés par l’est, mais on avait repéré la randonnée qui nous intéressait.

Le parc est traversé par la North Cascades Highway, une route unique qui n’indique pas vraiment les points d’intérêt. La traversée de cette route ne fait pas partie du parc national (mais de la Ross Lake Recreational Area), elle est donc gratuite. Ce sont les stationnements des principales randonnées qui sont payants (comptez environ 5$ à chaque fois). Cette route est fermée une bonne partie de l’année, de novembre à avril, lorsqu’elle est enneigée.

Le parc de North Cascades est donc divisé en deux parties, au nord et au sud de Ross Lake Recreational Area.

Si on se cantonne à la traversée de North Cascades via cette Highway, on ne voit presque rien, la route se contente de traverser la forêt. La randonnée est définitivement le meilleur moyen de découvrir le parc ! D’ailleurs, le Pacific C’est Trail le traverse au sud.

Conditions de visite

Lors de notre visite, l’atmosphère était complètement enfumée, à cause d’incendies en Colombie Britannique. Ca a commencé la veille lors de notre arrivée à Winthrop, et je me suis réveillée ce matin-là avec des picotements à la gorge, et ça ne s’est dissipé que le lendemain à Seattle. Cette journée n’était donc pas la plus agréable du voyage, alors malheureusement on ne s’est pas attardé dans le parc.

Randonnée matinale au Blue Lake

Pour découvrir le parc, nous avons jeté notre dévolu sur la randonnée menant au Blue Lake, près de l’entrée est. C’est Arthur qui a choisi cette balade et comme bien souvent, il a fait confiance à l’expérience de Mathilde.

Avant de partir, il faut s’inscrire sur le registre. Ce matin-là, vers huit heures, on est les premiers marcheurs de la journée. On sera rapidement rejoints par un groupe avec tout le matériel nécessaire pour faire de l’escalade.

Blue Lake est à 2,2 miles (3,5 kilomètres) du parking et 330 mètres de dénivelé. Sur cette distance, la montée n’est pas très difficile. Il faut compter 1h30 pour parcourir les 2,2 miles aller et un peu moins d’une heure dans le sens retour.

A 8 heures, il ne fait vraiment pas chaud sur le chemin ombragé de Blue Lake

On essaye de positiver malgré toute cette fumée qui tombe sur le parc et qui nous pique la gorge : ça fait une belle ambiance sur les photos.

A mi-chemin, on fait la rencontre d’une chèvre de montagne pas très farouche. On est un peu intimidés car son petit n’est pas loin et on a un peu peur de la réaction qu’elle pourrait avoir pour le protéger. Au final tout se passe tranquillement et on peut continuer notre ascension.

A notre arrivée au sommet de la randonnée, Blue Lake tient ses promesses et nous offre un bel effet miroir.

Arthur m’a dit il y a quelques jours que Blue Lake était sa randonnée préférée de tous nos voyages aux Etats-Unis. En grande partie parce qu’elle est peu fréquentée (et ça ça compte beaucoup pour lui !), qu’on peut y croiser des animaux sauvages typiques de cette région et qu’elle débouche sur un très beau lac.

Arrêt express à Diablo Lake

C’est probablement l’arrêt le plus populaire de North Cascades, Diablo Lake est d’une belle couleur bleue laiteuse à faire rougir les lacs des Rocheuses Canadiennes. Malheureusement, la fumée a quand même eu pas mal d’impact sur le paysage cette après-midi là.

Le parking du point de vue est assez spacieux, on en a profité pour déjeuner avant de reprendre la route vers notre étape suivante : Seattle !

Leave a comment