Roadtrip 2018 – Le bleu profond de Crater Lake National Park

Seul parc national de l’Oregon, Crater Lake était l’étape suivante de notre roadtrip dans le Pacific NorthWest, après la visite du parc national volcanique de Lassen. Exit la Californie, nous voici désormais sur la route direction l’Oregon. Le trajet depuis Lassen est très long, environ cinq heures de route. On fait étape à Redding, qui me semble être la plus grande ville du nord de la Californie. On est passé au milieu de lotissements façon Agrestic dans Weeds, avec de belles maisons toutes identiques et construites de façon symétrique. Chic ! On a aussi pu profiter de la vue sur le Mont Shasta, pas ridicule non plus avec ses 4 317 mètres, pendant une bonne partie de la route. Elle s’appelle d’ailleurs Volcanic Legacy Scenic Byway, et mérite évidemment son titre « scénique ».

Mais la route était tellement longue qu’on est arrivé un peu stressés à Crater Lake : le compteur nous indiquait une autonomie de 70 miles d’essence depuis un bon moment avant d’arriver au parc, et on n’a jamais croisé de station essence. Après avoir hésité entre faire demi-tour pour retourner à Klamath Falls ou alors continuer jusqu’au parc, on a décidé de prendre le risque et heureusement, ça a marché ! Le petite miracle en arrivant : il y a une station essence à l’entrée sud du parc, au niveau du camping. Nous voilà sauvés et prêts à démarrer la visite !

Un peu d’histoire et quelques données chiffrées

D’une superficie de 53 m2, Crater Lake est l’un des plus petits parcs nationaux du pays. Situé dans une région à forte activité volcanique, cet incroyable lac est le résultat de l’éruption du Mont Mazama, il y a 7 700 ans. L’effondrement du volcan, estimé à 3 660 mètres initialement, a constitué cette énorme caldeira, qui s’est remplie d’eau des précipitations au fil des ans. Aucun cours d’eau se jette dans le lac ou n’en sort. Aujourd’hui, le lac fait 592 mètres de profondeur, ce qui en fait le plus profond des Etats-Unis et le 7ème plus profond au monde (pour ceux qui, comme moi, ont besoin de statistiques : c’est le lac Baïkal qui remporte le trophée). Le parc national a été créé en 1902 et est situé dans une région montagneuse et boisée du sud de l’Oregon. Le climat montagnard et l’altitude moyenne de 1800 mètres encouragent à le visiter plutôt en été, lorsque la météo est plus clémente. Les sommets qui entourent le lac sont en effet couverts de neige en hiver, et le lac est souvent caché sous les nuages bas.

La visite du parc

Une route scénique de 55 kilomètres, Rim drive, permet de faire le tour du lac, avec la possibilité de s’arrêter à de nombreux points de vue et départs de randonnées.

Le visitor center de l’entrée sud, par laquelle nous sommes arrivés, est situé juste avant le départ de cette route, et permet de prendre quelques renseignements et faire tamponner notre passeport des parcs nationaux 🙂

Le premier point de vue sur la route porte bien son nom – Discovery Point, et permet d’entrer dans le vif du sujet. WHOAAAAA

« C’est le plus bel endroit de la planète » – c’est ce que j’ai dit que j’ai vu le lac pour la première fois. Je maintiens, c’est vraiment très beau. La route est très bien faite, avant d’arriver ici, on ne se doute de rien. La surprise est totale.

Le point de vue suivant, Watchman Overlook, est situé au niveau de Wizard Island. Il s’agit d’un mini volcan qui forme une petite île au milieu du lac. Curieux.

On a garé la voiture pour faire la petite randonnée du Pic Watchman. Le chemin nous mène à une ancienne tour de guet, et nous offre une vue sur le lac depuis un point de vue un peu plus haut. Il faut compter une heure pour parcourir le Watchman Peak trail.

De ce côté du lac, le ciel est bien dégagé. Ce n’est pas le cas de la rive opposée, quand on s’arrête au point de vue Cloudcap Overlook, et le contre-jour n’arrange rien. Lors de ce voyage à la fin de l’été 2018, de gros incendies sévissent en Californie et en Colombie Britannique. Des hectares et des hectares de nature sont partis en fumée, et certains parcs nationaux étaient menacés. C’est le cas de Yosemite qui a été fermé une bonne partie de l’été et qui a réouvert juste avant notre passage (ouf). Lors de certaines visites, on a eu quelques ciels brumeux, il s’agissait en fait de fumée. On a quand même été chanceux car c’était principalement sur la route dans le nord de la Californie, à Crater Lake quand on regardait en direction du sud, et dans le parc des North Cascades tout au nord du Washington State. Nous n’avons finalement pas été tellement « dérangés ».

Wizard Island, vue depuis la rive opposée du lac
La vue sur Phantom Ship, une petite île en forme de bateau fantôme

Cloudcap Overlook nous offre aussi une vue sur Pumice Castle, un ensemble de hoodoos censés représenter un château médiéval. On a quand même un peu de mal à y voir un château…

Dernier arrêt sur la Rim Drive, le Phantom Ship Overlook. Le point de vue est situé juste à côté du Mont Scott, le sommet le plus élevé du parc, avec 2 721 mètres.

On a hésité à faire la randonnée qui permet d’approcher l’îlot, mais on a d’abord été voir les pinnacles, et au retour il était trop tard, on avait peur de se mettre dans la nuit (il fait nuit tôt à la fin de l’été, vers 19h).

On quitte la Rim Drive pour aller dans le secteur des pinnacles, pour admirer les tours de pierre au cours d’une promenade d’une trentaine de minutes.

Avec ce panneau on a un peu eu l’impression de sortir du parc !

Temps de visite

On a passé une demie journée à visiter le parc. On est arrivé en tout début d’après-midi et on est reparti le lendemain matin. C’est suffisant pour faire le tour de la Rim Drive, s’arrêter aux principaux points de vue et faire quelques courtes randonnées. Pour marcher un peu plus, il faudra prévoir plus de temps !

J’ai beaucoup aimé Crater Lake. La taille du lac est impressionnante et les lieux sont d’une beauté « facile ». Ce parc est très accessible et il n’est pas nécessaire de marcher beaucoup pour avoir un aperçu des plus beaux points de vue. Je ne m’y attendais pas du tout ! Même si ce n’est pas mon parc national préféré, il a sa place dans mon Top 10 et fait partie des plus beaux paysages que j’ai pu découvrir en voyage.

Où dormir à Crater Lake

On a passé la nuit au Mazama campground, le camping réservable du parc. D’ailleurs, malgré notre réservation faite quelques mois auparavant, on nous a dit de choisir notre emplacement en arrivant. Donc j’imagine que plus on arrive tôt, plus on a un meilleur choix ! On a payé 23$ la nuit.

Des douches sont à disposition au Mazama Village, pour 0,75$ par personne (n’oubliez pas d’avoir un stock de quarters !). Il fait froid la nuit à Crater Lake, même en plein été du fait de l’altitude. Un conseil : c’est plus facile de se doucher le soir plutôt que le matin. Quand on a quitté le camping le lendemain matin à 7h30, il faisait 0°.

Il y a de quoi se ravitailler dans la petite supérette/resto à l’entrée du Mazama Village.

Il est aussi possible de passer la nuit au Crater Lake Lodge avec vue sur le lac, mais il faut alors compter au minimum 240$.

Les alentours du parc

Crater Lake est assez isolé des points touristiques majeurs. Il faut compter 7h30 pour rejoindre San Francisco, 4h30 pour Portland, la plus grande ville de l’Oregon, 4h pour le parc national Redwood, 5h pour le parc national volcanique de Lassen, 3h30-4h pour rejoindre le Pacifique ou encore environ 2h pour arriver à Bend.

Leave a comment