Roadtrip 2018 – Majestueux Mont Rainier

Nouvelle étape de notre roadtrip dans le Pacific North West, cap sur le Mont Rainier. Après une courte parenthèse citadine à Portland, nous voici en route pour l’état de Washington !

Déclaré parc national en 1899, Mont Rainier est le cinquième parc le plus ancien des Etats-Unis. Avec North Cascades et la Péninsule Olympique, Mont Rainier est le troisième parc national de l’état, accessible en moins de deux heures depuis Seattle. Du haut de ses 4 392 mètres, il s’agit du quatrième plus haut sommet du pays (hors Alaska) et du point culminant de la chaîne des Cascades.

Tout comme les monts Shasta, Lassen, Hood et St Helens, le Mont Rainier fait partie de la famille des stratovolcans. Il est considéré comme le plus dangereux du pays et est donc surveillé de près par une équipe de scientifiques. D’ailleurs, selon une légende indienne, « lorsque la petite soeur s’agite, la grande va parler ». Ce proverbe n’est pas sans rappeler l’éruption du Mont St Helens en 1980, ayant fait quelques dégâts dans la région. Si le Mont Rainier venait à entrer en éruption, la fonte de ses vingt-six glaciers et la roche créeraient une coulée de boue sans précédent qui détruirait une bonne partie de l’agglomération de Seattle, située à seulement 90 kilomètres (2,5 millions d’habitants…).

Dans un registre moins apocalyptique, la vue sur le géant peut être appréciée depuis Seattle par temps clair. C’est aussi le symbole de l’état de Washington, on le retrouve d’ailleurs sur la plupart des plaques d’immatriculation.

L’entrée ouest du parc (Nisqually)

Visite

De par sa proximité avec Seattle, mais aussi avec Portland en Oregon, le parc national du Mont Rainier est très visité. Il est organisé en cinq secteurs : Longmire, Paradise, Sunrise, Ohanapecosh et Carbon River. Paradise et Sunrise sont les deux secteurs les plus populaires, Paradise étant accessible toute l’année. Longmire est le secteur historique du parc, avec son lodge emblématique construit dès 1899. Le secteur de Carbon River, au nord-ouest, est le plus proche de Seattle mais aussi le plus isolé.

Secteur Sunrise

Le parc est relativement petit mais il n’est pas possible de visiter tous les secteurs en une seule journée. Nous avons donc décidé de nous focaliser sur le secteur de Sunrise. Le visitor center Sunrise est situé à 1950 mètres d’altitude, le point le plus haut accessible en voiture.

La route depuis Portland ayant été un peu longue (environ quatre heures pour monter jusqu’ici), on a profité des tables de pique-nique avant d’aller se dégourdir les jambes avec une petite randonnée.

On a opté pour un combo de plusieurs chemins : on a commencé sur le Sunrise trail, puis on a poursuivi vers Frozen Lake, et enfin par le Wonderland trail. Ce dernier permet, en 10-15 jours et pour les randonneurs aguerris, de faire le tour complet du volcan.

Cette balade, d’une durée comprise entre 1h30 et 2h, permet de profiter des prairies subalpines parsemées de petites fleurs sauvages, avec une vue dégagée sur le Mont Rainier et ses glaciers. C’est à mes yeux l’une des plus belles randonnées de mes voyages en Amérique du Nord.

Zoom sur les glaciers
La surface parfaitement lisse de Frozen Lake

C’était aussi l’occasion de petites rencontres avec la faune des montagnes.

Sunrise Point

Sur la route du retour vers l’ouest du parc (Ohanapecosh, Paradise et Longmire), petit arrêt à Sunrise Point pour profiter de la vue. Le parking n’est pas grand, il peut donc être difficile de s’y arrêter en pleine saison (nous y étions un mardi de début septembre).

Secteur Ohanapecosh

Grove of the Patriarchs

Le Mont Rainier crée son propre climat. Du fait de sa hauteur, il arrête le courant humide venant du Pacifique, ce qui a constitué la forêt humide au coeur du parc. Grove of the Patriarchs abrite des pins douglas millénaires. La randonnée d’un peu moins de deux kilomètres est très accessible et un magnifique pont suspendu traverse la rivière Ohanapecosh, qui a donné son nom à ce secteur.

Box Canyon

Quelques kilomètres plus loin, toujours vers l’ouest, on traverse Box Canyon, creusé par la rivière Muddy Fork Cowlitz.

Secteur Paradise

Par manque de temps, on a totalement éludé le secteur de Paradise ! En septembre il fait nuit tôt (vers 19 heures) donc il était trop tard pour se lancer dans une nouvelle balade. Ca sera l’occasion de revenir !

Reflection Lakes

En parcourant Stevens Canyon Road, on est passé devant les Reflection Lakes, dans lesquels le volcan se reflète, comme leur nom l’indique (#obvious).

Où dormir

A seulement quelques kilomètres de l’entrée Nisqually, à l’ouest du parc, dans la localité de Ashford, se trouve une petite merveille où nous avons passé la nuit : Wellspring Spa and Woodland Retreat. Nous avons dormi dans la cabine Tahoma. C’était le petit craquage hébergement du voyage, parce que c’était pas donné ! (170$ la nuit)

Adresse : 54922 Kernahan Rd E, Ashford, WA 98304.

Au-delà du charme fou de cette cabane rustique, on a aussi beaucoup apprécié le petit trail dans la forêt du domaine, même si à la tombée de la nuit ça pouvait faire un peu peur ! Pour ma part j’ai préféré y aller le matin 😉 De bons prémices aux forêts primaires de la Péninsule Olympique !

Un peu plus à l’ouest, dans la localité d’Elbe, nous avons croisé le Hobo Inn, un hôtel dans un vieux train. Une bonne idée pour passer la nuit dans un lieu insolite !

Adresse : 54100 Mountain Hwy E, Elbe, WA 98330.

On peut même y manger !

Où manger

Ce soir-là on devait manger des restes tranquillement dans le lodge, mais ça ne m’inspirait pas et j’avais envie d’autre chose. C’est comme ça qu’on est arrivé par hasard (presque, le Lonely Planet nous a bien inspirés sur ce coup-là !) au Copper Creek Inn & Restaurant. On y a découvert leur world-famous blackberry pie, et quasiment deux ans après, je me souviens encore du goût. Comme dans la plupart des restaurants en dehors des grandes villes, passé 20 heures il devient difficile de trouver une table, et on en a eu une de justesse.

Adresse : 35707 WA-706, Ashford, WA 98304.

Aux alentours

Il faut compter environ deux heures pour rejoindre l’entrée ouest du parc (Nisqually) depuis Seattle ou Portland, ou encore une heure et demi depuis Olympia, la capitale de l’état de Washington.

Leave a comment